Dans Design

gotham-01Depuis sa création, Gotham a été très visible en raison de sa parution à des endroits stratégiques, y compris une grande quantité de matériel créé pour la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008, ainsi que sur la pierre annonçant la Freedom Tower; la tour qui sera construite sur le site de l’ancien World Trade Center à New York.

 

Gotham est une famille de caractères géométriques sans empattement conçu en 2000 par le designer américain Tobias Frere-Jones. Les formes générales de cette famille de caractères sont inspirées par la signalisation architecturale qui atteignit le sommet de sa popularité dans le milieu du vingtième siècle, et qui est particulièrement présente dans la ville de New York.

Création et styles

Quelques exemples de Gotham

Quelques exemples de Gotham

La police de caractère Gotham fut d’abord commandée par le magazine GQ, car les éditeurs recherchaient un sans-serif qui serait nouveau et frais, avec une structure géométrique d’allure masculine pour leur magazine. Bien qu’ils considéraient de prime abord une série de polices de caractères qui ressemblaient à des pochettes de CD techno ou d’aparence très traditionnelle comme Futura, ils s’entendirent sur «la nécessité d’avoir une image fraîche et bien établie pour donner plus de crédibilité», selon Jonathan Hoefler.

L’inspiration de Frere-Jones pour sa nouvelle police de caractère vint lors de balades qu’il effectua avec sa caméra à travers Manhattan à la recherche d’idées. Il dessina les caractères en se basant sur des typographies trouvées sur de vieux édifices, et plus spécifiquement sur l’affichage de la gare routière de la Port Authority sur la 8e avenue. «Je suppose qu’il y a un agenda caché personnel dans sa création, cite Frere-Jones, qui est celui de préserver ces vieux édifices de New York qui pourraient être appelés à disparaitre avant qu’on puisse les apprécier. Ayant grandi ici, j’ai toujours été friand du lettrage associé au vieux New York.»

Le type de lettrage qui a inspiré cette police de caractères remonte aux années 20 et l’époque des sans-serif, tel le Futura, où «la typographie, comme l’architecture, et comme l’organisation de la société elle-même, devait être réduite à l’essentiel et se débarrasser des éléments locaux et ethniques indésirables.» Ce thème a été fréquemment utilisé dans les polices de caractères à l’époque de la grande dépression, autant en Amérique du Nord qu’en Europe, et tout particulièrement en Allemagne. Cette simplification des caractères est défini par Frere-Jones comme «un type de lettrage qui ne serait pas conçu par un designer, mais plutôt par un ingénieur.»

La critique principale de cette police de caractère se concentre sur son identité comme quelque chose de spécifique à l’Amérique et à la ville de New York. Selon David Dunlap, du New York Times, Gotham «évoque délibérément l’aspect très architecturale, sans non-sense, qui domina les rues de New York entre les années 30 et 60.» Andrew Romano, du Newsweek, ajoute «Contrairement à d’autres polices de caractères sans empattement, ce n’est ni allemand, ni français, ni suisse. C’est très américain.»

Selon Frere-Jones, Gotham n’aurait pas vu le jour sans la commande de GQ. «L’humanisme et le géométrique ont déjà été fortement exploré dans le passé par les designers. Je ne pensais pas qu’il y avait quelque chose de nouveau à trouver sur cette piste. Heureusement pour moi, et pour le client, je m’étais trompé.»

Sur la Freedom Tower

Sur le site de la Freedom Tower

Sur le site de la Freedom Tower

En 2004, le caractère Gotham fut choisi pour l’inscription sur la pierre annonçant la Freedom Tower (Tour de la liberté) sur les lieux du World Trade Center, eux-même appartenant au Port Authority of New York and New Jersey, qui est également propriétaire de la gare routière qui a inspiré la typographie. Dans un discours donné un 4 juillet lors de son dévoilement,  l’ex-gouverneur George Pataki décrivit la pierre comme «le fondement de notre État». Le texte est écrit en majuscules, ce qui fût critiqué par certains qui auraient préféré voir un mélange de capitales et de bas-de-casse pour donner aux mots une voix plus humaine.

Dans la campagne d’Obama

Le Gotham utilisé dans la campagne d'Obama

La campagne d’Obama

Le sérif Perpetua était utilisé sur le matériel original pour la campagne d’Obama. Plus tard cependant, à l’embauche de John Slabyk et Scott Thomas, la campagne afficha du Gotham, et on retrouva la police sur de nombreux panneaux et affiches.

L’International Herald-Tribune salua le choix pour «sa puissante combinaison d’élégance contemporaine et de nostalgie pour l’Amérique d’hier et son sense du devoir». John Berry, un auteur de livres sur la typographie, acquiesse : «C’est drôle de la voir utilisée dans une campagne politique, car d’une part, elle est presque trop ordinaire, mais c’était le but à la fois.  Elle évoque une fiabilité car vous l’avez vu partout dans le monde.» Le designer Brian Collins note que le Gotham fut l’élément pivot de l’ensemble des visuels de la campagne d’Obama.

Les observateurs de la primaire et des élections générales ont favorisés les choixs graphiques de la campagne d’Obama à ceux de ses adversaires. Dans sa campagne, Hillary Clinton utilisa le New Baskerville, un sérif utilisé par les éditeurs, les cabinets d’avocats, et les universités, tandis que John McCain utilisa le Optima, la même police de caractères utilisée pour le Vietnam Veterans Memorial.

La courte campagne de John Edwards utilisa aussi le Gotham.

Tel qu’on la retrouve ailleurs

Gotham fit aussi son bout de chemin dans d’autres médias. Coca-Cola, l’émission de télévision Maury, le Tribeca Film Festival, les publicités de Qwest, et le Bureau du Service à la clientèle du gouverneur de Géorgie ont tous utilisés le Gotham pour des logotypes. Le gouvernement géorgien cite que Gotham est «propre, avec des lignes fraîches» et que les variations «offrent une variété d’options pour l’utilisation dans tous le marketing, la publicité et les applications de signalisation» comme raison de son utilisation. Starbucks utilisa la police de caractère en lien direct avec l’élection présidentielle de 2008 pour annoncer une offre de café gratuite pour les personnes allant voter.

Frere-Jones a quant à lui exprimé des réserves sur la popularité quasi biblique de sa police de caractère. «Je crois que de retrouver du Gotham un peu partout et à toute les sauces serait la pire place pour elle, comme sur la promotion du dairy Queen de la sortie 23 par exemple, ou encore sur l’autocollant «J’aime mon véhicule utilitaire».

Éditeur de la police de caractère :
Hoefler & Frere-Jones
http://www.typography.com/

Charles Henri

Charles Henri

Partenaire création chez Kryzalid, Charles joue un rôle de premier plan dans le processus créatif de l'agence depuis 2009. Particularité : il s’intéresse de près au design de marque et aux stratégies de communication.